TEMOIGNAGES

Anthony / 31 ans / France

 

Selon mon ressenti et les écrits que j'ai pu lire, les origines de mon bredouillement dont je souffre aujourd'hui se trouve dans le bégaiement qui m'a été diagnostiqué très jeune et qui m'a suivi à degré variable jusqu'à encore récemment (bégaiement de source génétique probable). Depuis quelques années, ce bégaiement que je peux qualifier de léger dans l'ensemble s'est très nettement transformé, par le biais de nombreux automatismes de langage que j'ai développé avec le temps, en un bredouillement très présent avec lequel je vis quotidiennement aujourd'hui. Les principaux symptômes que j'éprouve sont, par d'ordre d'importance, les suivants :

 

·         Grandes difficultés d'articulation, difficultés spécifiques sur les liaisons entre les mots et les mots comprenant plusieurs fois la même consonne. Les mots sont très régulièrement "mangés", "hachés" et les syllabes peuvent se trouver remplacées ou déformées (exemple : "pelouse" prononcé "felouse")

 

·         Difficulté importante à trouver mes mots, à établir des phrases avec une syntaxe correcte et avec du sens, pour expliquer ou raconter une expérience, une histoire, un fait. Perte de continuité dans le message transmis, discours décousu. Sentiment d'un effort de concentration important lors de ces phases de recherches

 

·         Forte impression de perte de connexion ou de manque de transmission entre l'organe vocale et la pensée

 

·         Forte présence d'interjections "parasites" prononcées entre les mots et les phases, venant souvent "combler" une difficulté d’élocution sur le point d'arriver

 

·         Pauses non-naturelles entre les phrases y compris au milieu d'un mot

 

·         Nombreuses répétitions "automatisées" des phrases ou de bouts de phrases par habitude de devoir me répéter. Perte de clarté du message vis-à-vis de l'interlocuteur

 

·         Débit élevé de parole causant régulièrement des problèmes de compréhension chez l'interlocuteur. J'ai l'impression de vouloir me "débarrasser" au plus vite des phrases pour échapper aux difficultés. Phénomène de "fuite"

 

·         Anticipation "mécanique" d'une série de mots sur lesquels j'ai conscience que j'ai de fortes chances de "butter", appréhension systématique sur ces mots, perte de spontanéité lors de la prononciation de ces mots

 

J'ai suivi fin 2016 un stage collectif de 3 jours à Paris chez une orthophoniste renommée de Paris qui s'intéresse particulièrement au bredouillement. Cependant, ce stage avait pour thématique le bégaiement d'ordre "mécanique" et une technique de ralentissement pour le diminuer. Souffre de bégaiement de façon légère, je n'ai donc pu obtenir de réelles réponses concernant le bredouillement. Concernant celui-ci et d'après mon expérience personnelle, je considère qu'il est possiblement d'ordre neurologique d'après les nombreuses sensations d'effort de concentration que j'éprouve lors de la synchronisation de ma pensée avec mon organe vocal. Les mots me semblent parfois si loin que ces sensations sont souvent associées à des phénomènes de fatigue, chaque création de phrase semble me demander beaucoup d'énergie.

 

Depuis quelques jours, je tente de rééduquer ma diction avec l'ouvrage "372 exercices pour articuler gérer son bégaiement et sa voix".

 

Anthony 31 ans

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire